Partout au Canada, les Premières Nations adoptent les logements du marché

MONTRÉAL, le 7 juillet 2015 – Dix autres Premières Nations ont décidé de s’associer au Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations (FLMPN) afin d'atteindre leur objectif visant à offrir un plus grand nombre d'habitations de meilleure qualité dans leurs communautés. Cela porte maintenant le nombre total de Premières Nations qui collaborent avec le FLMPN à 187.

 « Les logements du marché et le travail du FLMPN constituent une part importante de l’ensemble des solutions nécessaires pour construire des habitations, renforcer les communautés des Premières Nations et permettre aux individus de réaliser leurs rêves, a déclaré John Beaucage, président du conseil des fiduciaires. Près du tiers de toutes les Premières Nations du Canada ont choisi de mettre sur pied des systèmes permettant de faire des logements du marché une réalité dans leurs communautés. Cette proportion est impressionnante, en particulier compte tenu du travail nécessaire pour établir et maintenir un système de logement. Pour un grand nombre de nos partenaires, il s’agit d’une nouvelle approche. »

Les dix Premières Nations faisant l’objet de l’annonce d’aujourd’hui ont toutes été approuvées pour les programmes de développement du potentiel et d’amélioration des modalités de crédit associés au FLMPN. Au total, 84 Premières Nations ont reçu l’approbation en vue de participer au programme d’amélioration des modalités de crédit du FLMPN. Un montant de 775 millions de dollars en crédit garanti par le FLMPN sera octroyé à ces Premières Nations afin de consentir 5,000 prêts personnels pour construire ou rénover un logement dans les réserves, sur les terres visées par un règlement et sur les terres mises de côté.

Au moment de l’annonce des dix nouveaux partenariats, M. Beaucage a salué les efforts de deux Premières Nations, qui ont été les premières au Manitoba à choisir de collaborer avec le FLMPN pour établir un programme de prêts dans leurs communautés. Il a également souligné la diversité dans le nombre grandissant des Premières Nations de la Colombie-Britannique et de l’Ontario qui offrent des logements du marché dans leurs communautés. « Il est possible d’offrir des logements du marché partout au Canada grâce à l’économie et à la volonté de travailler pour y arriver », a ajouté le président.

Les communautés qui ont choisi de participer à l’annonce d’aujourd’hui sont :

  • la Première Nation de Long Plain;
  • la Première Nation Skwah;
  • la Nation crie de Fisher River;
  • la Première Nation d’Alderville;
  • la Première Nation de Lake Cowichan;
  • la Première Nation Leq’á:mél;
  • la Première Nation Halalt;
  • la tribu Penelakut;
  • la bande indienne de Nooaitch;
  • la bande indienne de Skeetchestn.

Ce que les nouveaux partenaires du FLMPN ont à dire

« La Première Nation de Long Plain a le grand privilège de lancer un nouveau programme de logement prometteur par le biais de son partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations afin de répondre à la demande croissante de logements dans notre communauté. Nous croyons sincèrement que ce programme établira une nouvelle norme en offrant de véritables possibilités d’accéder à la propriété pour nos citoyens. Nous sommes heureux d’accueillir cette nouvelle initiative en matière de logement à Long Plain. »
– Chef Dennis Meeches, Première Nation de Long Plain

« Nous sommes très heureux de collaborer avec le FLMPN. Beaucoup de nos membres souhaitent depuis très longtemps revenir dans la communauté, y compris ma propre famille, et le FLMPN contribuera à offrir à ces membres des occasions qui n’existaient pas auparavant. Nous avons hâte de collaborer avec le FLMPN pour développer notre capacité à mener notre Nation vers une ère de prospérité économique. »
– Chef Robert Coombes, Première Nation Skwah

« De nombreux membres de notre communauté envisagent des options du secteur privé qui leur permettraient d’accéder à la propriété, et ce nouveau partenariat avec le FLMPN apporte des solutions qui s’ajoutent aux programmes précédemment offerts. Nous avons également hâte de profiter des initiatives de développement du potentiel qui seront bénéfiques pour notre personnel et notre communauté. »
– Chef David Crate, Nation crie de Fisher River

« Axé sur l’avenir du logement, le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations permet à nos membres de prévoir leurs besoins familiaux et de trouver un logement qui répondra à leurs besoins. »
– Chef James Marsden, Première Nation d’Alderville

« La Première Nation de Lake Cowichan est heureuse d’exploiter les occasions qui se présentent à ses membres grâce au partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations. Nous croyons que ce partenariat fera disparaître certains obstacles qui empêchent nos membres d’accéder à la propriété. »
– Chef Cyril Livingstone, Première Nation de Lake Cowichan

« La Première Nation Leq’á:mél est fière d’avoir l’occasion de travailler avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations. Nous avons constaté le besoin de logements novateurs pour nos citoyens et la nécessité de rénover les logements existants dans la communauté. Notre approche sera guidée par notre politique de logement actuelle, qui sera renouvelée avec le soutien du FLMPN et sera employée pour informer nos citoyens au sujet des changements récents en vue de construire de nouvelles habitations avec l’aide du FLMPN. »
– Chef Alice Thompson, Première Nation Leq’á:mél

« La collaboration avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations arrive à point nommé pour Halalt. Nous avons examiné des moyens d’améliorer la gestion des logements dans notre communauté. Nos dirigeants et les membres de notre communauté bénéficieront de notre participation au programme. Notre gouvernance dans la région s’améliorera grâce à des politiques et des procédures nouvelles ou actualisées. De plus, nous tiendrons nos membres informés sur le fonctionnement du programme, ce qui augmentera leurs chances d’obtenir une habitation. De façon générale, nous améliorerons notre gouvernance et le potentiel de notre communauté en matière de logement. »
– Chef James R. Thomas, Première Nation Halalt

« Le programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations représente une solution de logement dont la tribu Penelakut avait grandement besoin. La possibilité d’accéder à la propriété permet de libérer des logements sociaux pour personnes à faible revenu de manière à ce que puissent en jouir les membres qui en ont le plus besoin. La tribu Penelakut est très heureuse de pouvoir offrir à ses membres la possibilité de construire et de rénover des logements. Le FLMPN fera croître notre parc de logements et aidera au maintien des logements existants. »
Chef Earl Jack, tribu Penelakut

« Il y a une importante demande de logements économiques neufs dans la bande indienne de Nooaitch et aussi un grand besoin de rénover de nombreuses habitations existantes qui sont loin d’atteindre les normes de salubrité et de sécurité. Cette question avait été soulevée en 2012 dans notre plan communautaire global. Nous sommes heureux d’avoir la chance de collaborer avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations pour que ces problèmes soient abordés en priorité. Nous nous réjouissons à l’idée de collaborer avec le FLMPN, car celui-ci offre des solutions permettant de répondre à la demande de logements actuelle par la construction et la rénovation d’habitations et le recours aux autres services et occasions de formation prévus par le programme. Nous souhaitons établir et maintenir d’excellentes relations de travail, et je suis d’avis que cela nous aidera à atteindre notre objectif de vivre dans un environnement plus sain à bien des égards pour les membres de la bande dans notre communauté. »
Chef Marcel Shackelly, bande indienne de Nooaitch

« Nous considérons le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations comme une solution importante qui nous aidera tous ensemble à offrir des logements du marché aux membres de notre collectivité. Nous pourrons ainsi combler les retards que nous accusons dans l’offre de logements de qualité aux membres de la collectivité. Grâce à cette initiative, notre peuple aura la chance de vivre chez soi, dans la communauté, et nos enfants pourront grandir dans leur culture et auprès de leur famille. »
– Kukpi7 (chef) Ronald Ignace, bande indienne de Skeetchestn

Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations

Le FLMPN est une initiative novatrice mise sur pied par le gouvernement du Canada, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans le but d’offrir aux membres des Premières Nations un meilleur accès aux prêts à l’habitation dans les réserves et, le cas échéant, sur des terres visées par un règlement. Le FLMPN a commencé ses activités en mai 2008.

Le gouvernement fédéral a fait un investissement ponctuel de 300 millions de dollars dans le FLMPN. Cette somme, gardée en fiducie, a le potentiel de produire des retombées de 3 milliards de dollars grâce aux investissements dans les logements dans les réserves et sur les terres visées par un règlement et les terres mises de côté pour les Premières Nations partout au Canada.

Les Premières Nations sont entièrement libres de faire appel à ce fonds du marché. Le FLMPN tient compte du caractère unique des communautés des Premières Nations et travaille avec elles pour établir leur calendrier en vue de leur offrir le choix et la souplesse dont elles ont besoin pour fournir des options de logement viables.

Le FLMPN s’est associé à 14 institutions financières pour desservir les Premières Nations partout au pays.

Le FLMPN aide les collectivités des Premières Nations en :

  • offrant un filet de sûreté de 10 % pour les prêts à l’habitation garantis par la Première Nation;
  • servant de levier financier pour négocier avec les prêteurs les meilleures conditions de prêt possibles;
  • renforçant les communautés des Premières Nations et en appuyant l’idée d’autonomie en offrant de nouveaux d’outils de littéracie financière et de gestion financière, en encourageant la saine gouvernance et le développement du potentiel par l’éducation, l’information et des services novateurs.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site Web du FLMPN, à www.flmpn.ca.

Personnes-ressources pour les médias :

Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations
Deborah Taylor
Directrice exécutive
613-740-9931

Première Nation de Long Plain
Steven Woods
Agent, Projets spéciaux
204-252-2335

Première Nation Skwah
Lory Oberst
Gestionnaire d’habitations
604-792-9204

Nation crie de Fisher River
Sam Murdock
Premier dirigeant
204-645-2171

Première Nation d'Alderville
Joanne Smoke
Chef de l’administration
905-352-2011, poste 222

Première Nation de Lake Cowichan
Aaron Hamilton
Directeur des opérations
250-749-3301

Première Nation Leq’á:mél
Susan McKamey, administratrice de la bande
604-826-7976

Première Nation Halalt
Caroline Gladstone
Administratrice de la bande
250-246-4736

Tribu Penelakut
Ruth Sauder
Administratrice de la tribu
250-246-2321

Bande indienne de Nooaitch
Dan Rodgers
Gestionnaire, Habitation et opérations
250-378-6141

Bande indienne de Skeetchestn
Ronald Ignace Chef
250-373-2493

Document d’information

Un aperçu des plus récents partenaires du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations

Première Nation de Long Plain

Signataire du Traité no 1, la Première Nation de Long Plain est une fière communauté ojibway et dakota de la région des plaines centrales du Manitoba dont l’assise territoriale est de 10 800 acres. Long Plain est composé d’une réserve principale et de zones économiques urbaines, qui sont situées en bordure des limites de la ville de Portage la Prairie et dans la ville de Winnipeg, selon le règlement de 2011 sur les droits territoriaux issus de traités.

Près de la moitié des quelque 4 400 citoyens habitent dans la réserve. En 2009, Long Plain a établi une administration du logement afin de répondre aux besoins de ses membres vivant à l’intérieur et à l’extérieur de la réserve. La Nation administre actuellement 345 unités locatives résidentielles et étudie la possibilité de s’ouvrir à la propriété des habitations, ce qui donnerait aux citoyens la capacité d’obtenir des prêts à l’habitation garantis par le programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, à des fins de construction, d’achat, de location ou de rénovation d’habitations dans la communauté.

Au printemps 2015, Long Plain a poursuivi l’aménagement sur ses terres de l’avenue Madison, au centre de Winnipeg, par la construction d’une station-service Petro-Canada et d’un dépanneur à côté du collège Yellowquill et d’autres propriétés locatives commerciales. La Première Nation de Long Plain abrite plusieurs autres secteurs de services, comme les Services de police Dakota Ojibway, le Conseil tribal Dakota Ojibway, la Fiducie de Long Plain et la Commission des jeux.

Première Nation de Skwah

La Première Nation de Skwah vit à Chilliwack (Colombie-Britannique). Ses 885 hectares de terres de réserve se trouvent à proximité de son territoire traditionnel, aujourd’hui connu sous le nom de Five Corners, dans le centre-ville de Chilliwack.

La Première Nation de Skwah est formée de quatre réserves distinctes, Schelowat 1, Skwahla 2, Skwali 3 et Skwah 4, et possède des droits indivis sur d’autres réserves communes, Skumalasph 16, Pekw'xe:yles et Grass Indian 15. Skwah 4 est la réserve principale de la communauté.

Approximativement 240 des 506 membres de la Première Nation de Skwah vivent dans la communauté dynamique et profitent d’une combinaison de terres agricoles et résidentielles. Puisqu’ils vivent dans une réserve urbaine, les membres de la Première Nation de Skwah ont accès à de nombreuses occasions d’emploi, notamment au gouvernement, dans les services de détail, au bureau de la bande et dans les programmes et services de la Nation de Sto:lõ. La pêche et les courses de canot occupent également une grande part de la vie de la Première Nation de Skwah puisque la réserve principale se trouve en bordure du Hope Slough, ce qui donne un accès direct au fleuve Fraser.

Dans la Première Nation de Skwah, il y a 64 habitations appartenant à la bande ou de propriété privée. La Première Nation de Skwah prévoit offrir des occasions de propriété et de location de logements, y compris par la rénovation, pour ses membres qui disposeront de prêts garantis par le FLMPN.

Nation crie de Fisher River

La Nation crie de Fisher River (NCFR) habite le long des rives du lac Winnipeg et à l’embouchure de la baie Fisher, approximativement 200 km au nord de Winnipeg. Composée de deux réserves (Fisher River 44 et Fisher River 44A), la Nation abrite 1 900 des 3 700 membres de la bande.

Fisher River est signataire du Traité 5 et est une Première Nation indépendante. Bien qu’elle ne soit associée à aucun des conseils tribaux du Manitoba, elle est affiliée à l’Assemblée des chefs du Manitoba. En 2013, Fisher River a signé un protocole politique et une convention de société en commandite avec la Nation Norway House et la Première Nation de Sagkeeng, ce qui a établi une relation politique et économique officielle.

La NCFR offre plusieurs occasions d’emploi dans la Première Nation : Fisher River Builders, une blanchisserie automatique avec lave-auto, une épicerie, l’administration de la bande, des entreprises privées et la pêche commerciale. La bande participe également avec la province du Manitoba à l’aménagement de lotissements de chalets et, avec Manitoba Hydro, au développement de technologies géothermiques. Récemment, une équipe de la ligue de hockey junior B de Keystone a été créée dans la Nation.

Il y a 516 habitations dans la NCFR; 15 % sont desservies par une nouvelle station moderne de traitement de l’eau. Traditionnellement, les lots étaient alloués aux membres au moyen du système d’attribution de la rivière; ce processus est encore suivi aujourd’hui. Fisher River prévoit offrir des occasions de propriété et de location de logements, y compris par la rénovation, pour ses membres qui disposeront de prêts garantis par le FLMPN.

Première Nation d'Alderville

Alderville est une communauté des Premières Nations florissante, riche en culture et en patrimoine, située en bordure du lac Rice, dans le sud de l’Ontario, à environ 30 km au nord de Cobourg. La population de la communauté est composée de 1 131 membres inscrits de la bande et de 325 citoyens vivant dans une réserve.

Approximativement 60 membres sont employés par la Première Nation et beaucoup d’autres sont propriétaires de petites entreprises à l’intérieur ou à l’extérieur de la collectivité.

La majorité des habitations d’Alderville appartiennent en propriété à des membres de la collectivité, ce qui s’explique en grande partie par le succès du programme de prêts à l’habitation renouvelables de la Nation établi en 1975. En collaboration avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, Alderville compte étendre les options de prêts à l’habitation pour que ses membres puissent acheter, construire ou rénover des logements de la communauté. Parmi son portefeuille de logements actuel, Alderville administre 98 prêts hypothécaires et 26 unités locatives de la bande.

Alderville élit un chef et quatre membres du conseil en vertu de la Loi sur les Indiens et est une Nation membre du Conseil tribal Ogemawahj, qui représente six Premières Nations de Chippewa, du Mississauga et de Pottawatomi. Alderville comporte un impressionnant monument commémoratif rendant hommage aux anciens combattants des Premières Nations, un centre écologique proposant des visites et des événements éducatifs et une exploitation agricole solaire de 5,7 MW qui connaît du succès.

Première Nation de Lake Cowichan

Le territoire de la Première Nation de Lake Cowichan se trouve sur l’île de Vancouver (Colombie-Britannique). Située à la source de la belle rivière Cowichan, la réserve de 39 hectares de Lake Cowichan abrite 25 membres de la communauté.

La Première Nation de Lake Cowichan fait partie du groupe linguistique salishan et est membre du groupe du traité Hul'qumi'num avec cinq autres Premières Nations des environs.

Bien que la Première Nation soit petite, Lake Cowichan travaille actuellement sur son propre code d’appartenance dans le but de retrouver ses membres qui ont déménagé à l’extérieur de la communauté et même du pays.

Dirigée par un chef et un conseil héréditaires, la Première Nation de Lake Cowichan travaille assidûment à offrir des programmes et des services à ses membres, à créer de fortes relations réciproques avec les communautés environnantes et à accueillir les membres qui reviennent dans la communauté.

Le portefeuille de logements est composé de six habitations. La Nation prévoit aménager un lotissement de 25 lots pour accommoder l’augmentation prévue des membres de la bande.

Première Nation Leq’á:mél

Leq’á:mél, qui signifie « endroit plat où on se rencontre », était autrefois l’une des haltes de commerce les plus populaires du territoire stó:lõ. On disait également que c’était le lieu de naissance de la langue halq’eméylem; le mot vient d’un dialecte parlé par les Nicoamen/Leq’á:mél. Leq’á:mél comportait plusieurs maisons longues, dont certaines faisaient près d’un kilomètre de long. Historiquement, les tribus Sumas, Scowlitz, Matsqui et Nooksack lui étaient affiliées. Leq’á:mél est située à la frontière des dialectes de langue du haut et du bas de la rivière; c’est pourquoi Nicoamen y devient Leq’á:mél.

La Première Nation de Leq’á:mél est une bande indienne située à Deroche, 22 km à l’ouest de Mission, dont la population est d’approximativement 420 personnes. Leq’á:mél compte dix réserves indiennes (RI) : RI Yaalstick no 1, RI Lackaway n2, RI Lakway Cemetery n3, RI Papekwatchin no 4, RI Aylechootlook no 5, RI Holachten no 8, RI Zaitscullachan no 9, RI Skweahm no 10, RI Lakahahmen no 11 et RI Sumas Cemetery no 12. Les Leq’á:mél utilisent trois de ces réserves à des fins résidentielles, deux comme cimetières et le reste est détenu par des membres en vertu d’un certificat de possession, loué à des fins agricoles ou conservé pour le développement économique futur.

La Première Nation de Leq’á:mél met un programme de prêts pour logements privés à la disposition de ses membres. Le portefeuille de logements de la Nation, composé d’approximativement 51 maisons, dont 17 sont assujetties au programme de l’article 95, 24 au programme de l’article 10, 7 sont à propriété privée et, dans 10 cas, les certificats de possession sont transférés aux familles lorsque celles-ci remboursent en entier leur emprunt hypothécaire. Deux habitations privées ont été construites dans la communauté dans les deux dernières années, avec le soutien financier d’un prêteur privé. Les lots viabilisés de la communauté disposent des services d’eau, d’égouts et d’électricité. La Nation possède actuellement 12 lots sur lesquels ses membres peuvent construire un logement.

Première Nation de Halalt

Le territoire de la Première Nation de Halalt (Halalt) est situé près de la ville de Chemainus, sur l’île de Vancouver (Colombie-Britannique). Halalt est membre du groupe du traité Hul’qumi’num, qui cherche à récupérer ses terres et ressources traditionnelles et à accroître ses pouvoirs de gouvernance. Halalt est également membre du Conseil tribal Naut'sa Mawt. Historiquement, la tribu Halalt se trouvait sur l’île de Willy, dans les îles du Golfe, et dans des villages sur les rivières Cowichan et Chemainus. Aujourd’hui, Halalt est composée de deux réserves, une sur l’île de Willy et l’autre en bordure de la rivière Chemainus, à Westholme. Approximativement la moitié des 211 citoyens inscrits habitent dans les réserves.

Halalt rappelle le premier nom du village, xeláltxw, qui signifie : « maisons marquées ou peintes ». La moitié des 41 habitations du petit village sont détenues en propriété privée par des membres. La majorité ont été rénovées. Trois autres ont fait l’objet d’un financement au moyen d’un programme de prêts pour logements privés dans les réserves et douze sont gérées par la Nation comme logements locatifs, avec option d’achat ou non, y compris un quadruplex.

La Nation a récemment terminé la construction d’une station de traitement de l’eau et des eaux usées qui permettra d’étendre les services à la communauté et ailleurs. L’accès au programme d’amélioration des modalités de crédit du FLMPN permettra d’offrir plus d’options de logement aux citoyens de Halalt dans un avenir proche.

La Première Nation emploie 20 employés administratifs et exploite une pêcherie de mollusques offrant des emplois saisonniers à ses membres. Elle compte aménager une station-service et des unités locatives commerciales sur des terres désignées, ce qui créera encore d’autres occasions. En collaboration avec le FLMPN, Halalt a établi des formations de développement du potentiel et d’élaboration de politiques pour son personnel dans les domaines des finances, de la gouvernance et de la gestion du territoire.

Tribu Penelakut

La tribu Penelakut habite le sud des îles du Golfe, entre l’île de Vancouver et le continent. La Première Nation compte quatre réserves parmi les îles de son territoire traditionnel : l’île Penelakut (anciennement l’île Kuper), Tsussie, l’île Tent et l’île Galiano. Aujourd’hui, approximativement 520 des 938 membres résident dans trois des quatre réserves. L’île Penelakut est la plus grande des réserves et abrite la majorité des membres. Quelques membres vivent également à Tsussie, une petite réserve située au sud de Chemainus, sur l’île de Vancouver. L’île Tent demeure actuellement inhabitée, mais elle est un endroit populaire pour camper.

Historiquement, il y avait trois villages hivernaux permanents sur l’île Penelakut : Penelakut Spit, Telegraph Harbour et Lamalchi Bay. Il y avait également des villages à Chemainus Harbour et sur l’île Galiano. Le terme « Penelakut » fait référence à tous les peuples Hul’qumi’num qui, à un moment ou à un autre, ont habité sur ces îles.

La tribu Penelakut est membre du groupe du traité Hul'qumi'num. En collaboration avec cinq autres Premières Nations environnantes, le groupe du traité Hul'qumi'num négocie conjointement un traité global avec la Colombie-Britannique et le Canada dans le cadre du processus des traités de la Colombie-Britannique pour faire reconnaître officiellement son titre et ses droits autochtones. Dans le cadre de sa participation au groupe du traité, la tribu Penelakut a contribué à la recherche et à la documentation portant sur les questions de langue, de patrimoine, de ressources et de terres.

Le portefeuille de logements se chiffre actuellement à 152. Penelakut espère utiliser le FLMPN pour offrir plus d’options de logement à ses membres.

Bande indienne Nooaitch

La bande indienne Nooaitch est membre de la Nation tribale de Nicola Valley. Située dans le territoire traditionnel Nicola, qui se trouve aujourd’hui dans la région Thompson-Nicola de l’intérieur méridional de la Colombie-Britannique, Nooaitch compte deux réserves dont l’assise totalise 1693,4 hectares : la RI no 9 et la RI no 10. La plus grande, la RI no 10, de 903,1 hectares, est la réserve principale où la communauté est basée et est située à 23 km à l’ouest de Merritt (Colombie-Britannique).

En termes de topographie générale, la région est une aire vierge ondulée, traversée de rivières et de ruisseaux. Nooaitch est, au nord-est, parsemée de lacs, et le cœur de son territoire est relativement peu aménagé et bien boisé, traversé de petits ruisseaux et de vallons. La population actuelle est formée de 112 membres vivant dans les réserves et d’approximativement 79 membres ne vivant pas dans les réserves.

La bande indienne Nooaitch compte actuellement 53 habitations et a remédié au manque de logements dans la communauté par la construction de douze unités depuis dix ans. Un duplex a récemment été construit (été 2014), et au moins quatre maisons devraient être construites à l’été 2015.

Bande indienne Skeetchestn

La bande indienne Skeetchestn est membre de la Nation Secwepemc (Shuswap); elle se retrouve dans la région centrale intérieure de la Colombie-Britannique, à environ une heure à l’ouest de Kamloops. La population totale est d’approximativement 530, et 225 membres habitent dans les réserves. La communauté principale se trouve à Savona (Colombie-Britannique).

Il y a 109 logements dans la communauté, dont 42 sont des unités locatives avec option d’achat et les autres des logements dont le prêt hypothécaire a été remboursé en entier et dont la propriété a été transférée au membre. Le chef et le conseil ainsi que l’administration de Skeetchestn travaillent bien ensemble et ils ont mis en œuvre en 1997 un plan de gestion de l’habitation, qui a depuis été actualisé. Les politiques d’habitation de Skeetchestn prévoient l’application stricte de la perception des loyers, par exemple en limitant les services aux membres en cas d’arriérés, et par l’expulsion si nécessaire.

La collectivité compte un petit nombre de ménages bénéficiaires de l’aide sociale, mais la majorité des membres sont employés par la bande ou travaillent à Kamloops ou dans le secteur minier. Skeetchestn est impatiente de travailler avec le FLMPN pour offrir à ses membres l’accès à des prêts pour la construction et la rénovation. Cela comprend l’élaboration d’un programme de prêts hypothécaires garantis par le FLMPN adapté aux spécifications de Skeetchestn ainsi que la prestation de séances d’éducation et de sensibilisation des membres, comme des ateliers sur le crédit et sur la gestion de l’argent.