Cinq autres Premières Nations se joignent au FLMPN

OTTAWA (ONTARIO), le 9 décembre 2014 – Cinq Premières Nations ont décidé de s’associer au Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations (FLMPN), ce qui porte à 164 le nombre de communautés partenaires du FLMPN. Ces cinq Premières Nations sont la Bande indienne d’Upper Nicola, la Bande indienne de Lower Nicola, la Nation crie de Chisasibi, la Première Nation Simpcw et la Première Nation des Chippewas de Nawash. Elles ont toutes été approuvées aux fins de la garantie de prêts à l’habitation dans le cadre des programmes d’amélioration des modalités de crédit et de développement du potentiel offerts par le FLMPN.

 « Avec chaque nouveau partenariat, nous faisons un pas de plus vers l’atteinte de notre objectif primordial, qui est de faciliter l’accès à la propriété à l’intention des familles vivant dans les réserves au Canada, a déclaré John Beaucage, président du conseil du FLMPN. En vue de l’année 2015, nous demeurons confiants que le FLMPN et ses nombreux partenaires continueront d’habiliter les Premières Nations et de contribuer aux solides communautés capables d’offrir et de soutenir des options de logement axées sur le marché. »

Grâce à son partenariat avec 164 communautés de Premières Nations à l’échelle du pays, le FLMPN dispose d’un montant approuvé de plus de 687 millions de dollars aux fins de la garantie de prêts à l’habitation pouvant être consentis à des membres des Premières Nations, pour rénover ou construire un logement, ou à des Premières Nations qui voudraient produire des logements pour le marché locatif.

« La Bande indienne d’Upper Nicola est ravie d’aller de l’avant avec le développement de potentiel et le lancement de notre programme d’accès à la propriété axé sur le marché », a déclaré le chef Harvey McLeod.

« Le partenariat conclu avec le FLMPN est essentiel pour encourager l’accès à la propriété privée. Cela dégage également des ressources pour répondre aux besoins de logement croissants de la communauté de Lower Nicola », a ajouté le chef Aaron Sam.

« La Nation crie de Chisasibi est fière de s’associer au FLMPN. Ce partenariat favorisera l’accès à la propriété privée et nous croyons que c’est ce qu’il faut faire pour améliorer les conditions de logement auxquelles sont confrontées les Premières Nations à l’échelle du pays », a déclaré le chef Davey Bobbish.

« La Première Nation Simpcw a hâte de travailler avec le FLMPN afin de soutenir ses membres à contracter des prêts en vue de construire ou rénover leurs logements, a déclaré la chef Rita Matthew. L’accès au développement de potentiel permettra non seulement d’améliorer nos politiques administratives internes mais aussi d’offrir de la formation supplémentaire au personnel administratif ».

« Le FLMPN donnera l’occasion à Nawash de perfectionner ses structures et processus pour exercer les activités de la bande, afin de s’assurer que les programmes et services sont viables et répondent aux besoins de la communauté. Nous espérons y parvenir en travaillant avec le FLMPN et nous sommes ravis d’avoir la possibilité de le faire », a déclaré la chef Arlene Chegahno.

Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations

Le FLMPN est une initiative novatrice mise sur pied par le gouvernement du Canada, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans le but d’offrir aux membres des Premières Nations un meilleur accès aux prêts à l’habitation dans les réserves et, le cas échéant, sur des terres visées par un règlement. Le FLMPN a commencé ses activités en mai 2008.

Le gouvernement fédéral a donné le coup d’envoi au FLMPN grâce à un investissement ponctuel de 300 millions de dollars. Cet investissement contribuera à l’injection de fonds pouvant atteindre 3 milliards de dollars pour le logement dans les réserves et sur les terres visées par un règlement à l’échelle du Canada.

Les Premières Nations sont entièrement libres de faire appel au FLMPN. Le FLMPN tient compte des différences qui existent entre les communautés des Premières Nations et travaille avec elles pour établir leur calendrier en vue de leur offrir le choix et la souplesse dont elles ont besoin pour remédier aux problèmes de logement qui leur sont propres.

Le FLMPN aide les communautés des Premières Nations à développer ou accroître la production de logements du marché en :

  • offrant un filet de sûreté de 10 % pour les prêts à l’habitation garantis par la Première Nation;
  • servant de levier financier pour négocier avec les prêteurs dans le but d’obtenir des taux d’intérêt plus bas, des droits d’accès réduits aux programmes, un partage des risques et des ententes administratives;
  • renforçant les communautés des Premières Nations et en appuyant l’idée d’autonomie en offrant de nouveaux outils de littératie financière et de gestion financière, en encourageant la saine gouvernance et la transparence financière ainsi que le développement du potentiel par l’éducation, l’information et des services novateurs.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site Web du FLMPN, à www.flmpn.ca.

Personnes-ressources pour les médias

Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations
Deborah Taylor
Directorice exécutive
613-740-9931

Bande indienne d’Upper Nicola
Collette Manuel
Administratrice de la bande
250-350-3342

Bande indienne de Lower Nicola
Helder Ponte
Directeur exécutif
1-250-378-5157

Nation crie de Chisasibi
Christopher Napash
Directeur-général adjoint des opérations
Bureau : 819-855-2878 poste 358
Cellulaire : 819-855-5827

Première Nation Simpcw
Arnold Baptiste
Logements, membres et terrains
250-672-9995 poste 22

4Première Nation des Chippewas de Nawash
Arlene Chegahno
Chef
519-534-1689

Informations sur les communautés

Bande indienne d’Upper Nicola (UNB)

La Bande indienne d’Upper Nicola (UNB) est l’une de sept bandes faisant partie de la Nation Syilx (Okanagan). L’existence de l’UNB remonte au 18e siècle et à l’accord du lac Fish, qui a établi le droit du chef Pelkamulox et de son peuple (actuellement l’UNB) d’occuper ce qui est aujourd’hui le nord-ouest du territoire Syilx. L’UNB est aussi affiliée au conseil tribal de Nicola, qui inclut six bandes de la Nation Nlaka’pamux. L’UNB compte environ seize principales familles. La langue traditionnelle est le Nsyilxn. De nombreux membres de la communauté exercent encore les activités traditionnelles, plus particulièrement la pêche et la chasse, ainsi que d’autres activités de cueillette de nourriture.

L’UNB est le principal employeur de la réserve. De plus, de nombreux membres gagnent leur vie en exerçant des activités liées à l’agriculture ou à la foresterie. D’autres membres travaillent dans les régions avoisinantes. L’UNB a établi la société de la Bande indienne d’Upper Nicola en tant que première étape pour séparer les activités commerciales et la gouvernance.

L’UNB compte approximativement 970 membres à l’heure actuelle, dont environ la moitié habitent dans la communauté. Le portefeuille de logements de l’UNB comprend à peu près 122 logements. L’UNB s’associe au FLMPN pour répondre à ses besoins en matière de construction et de rénovation de logements.

Bande indienne de Lower Nicola (LNIB)

La Bande indienne de Lower Nicola (LNIB), la Scw’exmx (le peuple des ruisseaux), est l’une des communautés de la Nation Nle’kepmx (Salish de l'intérieur) qui vit depuis des milliers d’années dans la vallée de la Nicola et le long de la rivière Thompson dans le sud de la Colombie-Britannique.

Aujourd’hui, de nombreux membres de la communauté de Lower Nicola exercent des activités traditionnelles, plus particulièrement la cueillette de petits fruits et de champignons ainsi que la pêche et la chasse, de même qu’ils font des efforts pour sauvegarder leur langue et leurs racines culturelles (N’lakapamux cin).

La bande compte approximativement 1 210 membres à l’heure actuelle, dont environ 630 habitent dans les diverses réserves de Lower Nicola. Quatre communautés plus petites incluent à peu près 244 logements, y compris 123 locatifs. La LNIB et le FLMPN s’associent pour répondre à la demande croissante de logements neufs. À l’heure actuelle, la LNIB met à jour sa politique de logement et aménage des terrains pour y construire des logements, conformément à son plan de développement communautaire.

La LNIB collabore aussi avec le FLMPN pour garantir les prêts octroyés à des propriétaires-occupants, construire davantage de logements locatifs et réaliser un programme de rénovations concernant son parc de logements vieillissants. Aux termes de ce programme, la LNIB estime que la demande inclura dix logements neufs de propriétaire-occupant, huit logements locatifs neufs et cinquante prêts à la rénovation.

Nation crie de Chisasibi (CNC)

Auparavant la communauté insulaire de Fort George, la CNC est maintenant l’une des plus grandes communautés côtières cries situées sur le littoral oriental de la baie James. La communauté et ses quelque 2 000 résidents ont été réinstallés sur le continent entre les années 1978 et 1980. Lors de la réinstallation, plus de 200 maisons ont été déplacées vers leur nouvel emplacement puis rénovées. Aujourd’hui, la CNC compte une population de 4 465 membres inscrits, dont 94 % vivent dans la réserve, et 884 logements, y compris plus de 400 logements locatifs et 100 logements de propriétaire-occupant.

La CNC offre un programme de prêts aux Cris bénéficiaires de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) depuis 2007 aux fins de financement ou refinancement pour l’achat, la construction ou l’amélioration d’un logement. Les prêts hypothécaires pour logements de propriétaire-occupant sont combinés à un programme de subventions de la bande pour favoriser l’accès à la propriété. La CNC cède un droit de propriété superficiaire à ses membres qui peuvent ainsi occuper les terres de la Première Nation et ce droit, qui est valable pour 25 ans, peut être renouvelé ou transféré.

Durant les trois dernières années, la CNC a construit 35 logements destinés à des propriétaires-occupants. Sept de ces logements ont été vendus au gouvernement de la Nation crie et les autres le seront à des membres de la Première Nation.

La CNC fera appel au FLMPN pour favoriser l’accès à la propriété, la production de logements locatifs ainsi que la réalisation de rénovations par les propriétaires-occupants de même que la production de logements collectifs et d’appartements destinés aux personnes seules ayant la capacité de payer.

Les membres de la CNC travaillent principalement pour la communauté, la commission scolaire crie et la commission de la santé crie. La CNC accueille également l’hôpital régional crie et le siège social de la commission de la santé crie qui desservent les communautés cries de la baie James. Les perspectives économiques et d’emploi de la CNC semblent favorables puisque le groupe de développement des affaires de la CNC participe activement à des projets et partenariats pour l’économie et la création d’emplois qui contribueront à l’accroissement des possibilités économiques, d’emploi et de formation au cours des cinq prochaines années.

Première Nation Simpcw

Comptant près de 700 membres inscrits, la Première Nation Simpcw (Chu Chua) est située dans l’intérieur de la Colombie-Britannique et se trouve à une courte distance du District de Barrière. Le peuple Simpcw est fier de sa culture et sa langue Secwepemc demeure largement parlée au sein de la communauté. Auparavant la Bande indienne de North Thompson, Simpcw est maintenant l’une de dix-sept bandes formant le conseil tribal de la Nation Shuswap.

La Première Nation Simpcw est une communauté en croissance dont les perspectives économiques sont favorables. Un grand nombre de membres de Simpcw font partie de la fonction publique de la Nation. D’autres travaillent dans les secteurs de la foresterie et des mines pour le groupe des ressources Simpcw, l’organisme de développement économique de la communauté.

La communauté comprend 102 logements, dont 90 % appartiennent à des particuliers; les autres sont des logements pour lesquels les prêts sont assurés par la SCHL ou des logements locatifs de la bande. Avec l’appui du chef et du conseil, le service du logement de Simpcw a réussi à réduire le montant des paiements en souffrance en adoptant des changements de la politique de logement, notamment des processus de perception efficaces.

Dans l’avenir, Simpcw entend collaborer avec le FLMPN pour garantir des prêts à l’habitation octroyés à ses membres en vue d’acheter, de construire ou de rénover des logements.

Première Nation des Chippewas de Nawash

La Première Nation des Chippewas de Nawash occupe des terres situées sur la rive orientale de la péninsule Saugeen (Bruce) dans la baie Georgienne. Son nom Ojibway lui vient du chef Nawash, qui a combattu aux côtés de Tecumseh durant la guerre de 1812. La réserve indienne de Neyaashiingmiing n° 27 (auparavant Cape Croker) est la principale réserve et compte environ 750 membres habitant sur son territoire par rapport à une population totale de 2 500. La communauté se trouve à 26 kilomètres de Wiarton et 250 kilomètres de Toronto. Les autres terres de Nawash incluent le territoire de chasse n° 60 de Cape Croker ainsi que la réserve indienne insulaire de pêche n° 1 de Saugeen et Cape Croker, qui est partagée avec la Première Nation Saugeen.

Après le retour des membres de la Première Nation qui s’étaient enrôlés volontairement durant la Deuxième Guerre mondiale, Nawash a établi un fonds pour l’octroi de prêts à l’habitation aux vétérans, et ce fonds continue d’exister pour aider les membres de la communauté à construire, rénover ou agrandir des logements ou faire des réparations urgentes. La communauté comprend 260 logements dont 181 appartiennent à des particuliers.

En collaborant avec le FLMPN, Nawash entend mettre à jour et améliorer ses politiques et processus de logement aux termes du programme de développement du potentiel et participer également au programme d’amélioration des modalités de crédit pour répondre aux besoins de logement croissants de ses membres en offrant des prêts pour l’accès à la propriété et la rénovation.