Plus d’options de logement au sein des collectivités des Premières Nations à l’échelle du Canada

OTTAWA, le 11 décembre 2013 – Dix autres Première Nations ont décidé de s’associer au Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations (le Fonds) afin qu’aux quatre coins du pays, le rêve de devenir propriétaire devienne une réalité pour les membres de ces communautés. Cent quinze Premières Nations collaborent maintenant avec ce Fonds, d’un océan à l’autre

Ces 10 Premières Nations font partie des 53 Première Nations dont la participation au programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds a été approuvée. En effet, le Fonds a approuvé des crédits totalisant 610 millions de dollars qui seront octroyés à ces 53 Premières Nations qui consentiront 3 700 prêts personnels pour construire ou rénover un logement dans les réserves ou sur les terres visées par un règlement. Dans ces 10 nouvelles communautés seulement, presque 85 millions de dollars seront prêtés à des membres.

« Partout au Canada, nos efforts commencent à porter leurs fruits dans les communautés des Premières Nations et ces partenariats viennent clore une année très fructueuse pour le Fonds, a affirmé John Beaucage, président du Fonds. En plus des partenariats que nous avons conclus avec de nombreuses nouvelles communautés, nous avons constaté une augmentation importante du nombre de maisons construites et avons aidé à renforcer le cadre de gouvernance des Premières Nations de l’ensemble du pays. »

« Nous voulons aider les membres de nos bandes à fournir des logements à leurs familles. Notre service du logement nous permet d’accomplir de grandes réalisations. Grâce à notre gouvernance, aux terrains résidentiels, au processus de sélection et notre propre programme de prêts hypothécaires, ainsi qu’au soutien du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, nous répondons de façon concrète aux besoins en matière de logement de notre communauté », a soutenu le chef Jonathan Kruger, de la Bande indienne de Penticton, l'un des nouveaux partenaires annoncés aujourd’hui.

Voici les nouveaux partenaires du Fonds :

  • Pic River, Ontario
  • Lac Seul, Ontario
  • Curve Lake, Ontario
  • Mohawks de la baie de Quinte, Ontario
  • Temagami, Ontario
  • La Première Nation des Cris de Waswanipi, Québec
  • Carcross/Tagish, Yukon
  • Flying Dust, Saskatchewan
  • Adams Lake, Colombie-Britannique
  • Penticton, Colombie-Britannique

Ce que les nouveaux partenaires du Fonds ont à dire sur la façon dont ce Fonds appuie leurs objectifs :

« Nous sommes heureux de travailler avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, puisque nous pourrons enrichir notre portefeuille de prêts hypothécaires qui connaît déjà du succès. Nous nous attendons à ce que ce Fonds augmente la prospérité économique de notre communauté et nous nous réjouissons à l’idée de nouer une relation saine et durable. »
– Chef R. Donald Maracle, Mohawks de la baie de Quinte

« Le développement du potentiel de notre communauté commence par la construction de maisons. Non seulement ce Fonds va améliorer l’accès à la propriété privée et permettre de bâtir des maisons abordables et sûres, mais il va également contribuer au développement de notre économie locale. Les retombées des projets de logement profitent à la communauté, notamment grâce aux possibilités d’emplois et aux autres perspectives de croissance. La Première Nation des Cris de Waswanipi est ravie de cette occasion grâce à laquelle les membres des Premières Nations peuvent accéder à la propriété. »
– Chef Paul Gull, Première Nation des Cris de Waswanipi

« La Bande indienne d’Adams Lake accueille favorablement cette chance de travailler avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations. Ce projet, qui offre des occasions d’accession à la propriété à nos membres, répond à la demande grandissante de logements dans les réserves, tout en nous donnant la possibilité d’améliorer notre potentiel sur les plans administratifs et politiques pour gérer avec succès un programme de logement. »
– Chef Nelson Leo, Bande indienne d’Adams Lake

« Les membres de Pic River ont hâte de travailler avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations afin d’élaborer des stratégies ayant comme objectif d’offrir un programme de logement adéquat et durable. Ce programme ouvrira des portes aux membres de la communauté de Pic River qui souhaitent construire leurs propres maisons. Il fournira également différents outils au cours du processus de planification à long terme du logement. »
– Chef Duncan Michano, Ojibway de Pic River

« Nous sommes heureux que la Première Nation de Lac Seul dispose maintenant de plus d’options de logement à offrir à ses membres. La souplesse de cette nouvelle initiative de collaboration avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations est une façon de répondre à une grande partie de nos besoins les plus urgents dans nos trois communautés au cours des cinq prochaines années. Grâce au soutien du Fonds pour le développement du potentiel, non seulement nous y voyons une possibilité d’améliorer les conditions de logement, mais aussi un atout pour la gestion de tous les aspects de notre Première Nation. »
Chef Clifford Bull, Première Nation de Lac Seul

« La Première Nation de Curve Lake est ravie de collaborer avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations grâce auquel nos citoyens profiteront davantage d’occasions en matière de logements, d’emprunts et de modalités hypothécaires. »
– Chef Phyllis Williams, Première Nation de Curve Lake

« La Première Nation de Carcross/Tagish est honorée d’être un partenaire du Fonds. Ce dernier procurera de nombreuses options aux citoyens afin de répondre à leurs besoins en matière de logement. Il inspirera un sentiment de fierté à nos citoyens qui pourront être propriétaires de leurs propres maisons à l’intérieur des terres visées par un règlement de la Première Nation de Carcross/Tagish. Être le propriétaire de sa propre maison procure un sentiment de sécurité pour le présent et l’avenir. »
Kha Shade Heni (chef) Danny Cresswell, Première Nation de Carcross/Tagish

« La Première Nation de Flying Dust est heureuse d’annoncer aujourd’hui son partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations. Nous avons hâte de collaborer avec le Fonds alors que nous élaborons et mettons en œuvre une approche plus efficace dans le but de répondre aux besoins en logement de nos membres. Grâce au programme d’amélioration des modalités de crédit, la Première Nation de Flying Dust aura accès à plus de possibilités d’emprunt pour ses membres et sera en mesure d’offrir une approche mieux gérée en matière d’accession à la propriété. La Première Nation de Flying Dust a l’intention de tirer le maximum du programme de développement du potentiel. En développant le potentiel de vos terres et de vos membres, vous faites un pas dans la bonne direction, vous investissez dans vos ressources les plus précieuses et vous bâtissez une fondation durable pour l’avenir. »
Chef Robert Merasty, Première Nation de Flying Dust

« Notre conseil s’engage à apporter des changements positifs pour nos membres. Grâce à l’appui du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, nous donnerons à nos membres la possibilité d’améliorer leur qualité de vie et créerons un sentiment de fierté lié au fait d’être propriétaire ».
– Chef Roxane Ayotte, Première Nation de Temagami

À propos du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations

Le Fonds est une initiative novatrice mise sur pied par le gouvernement du Canada, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans le but d’offrir aux membres des Premières Nations un meilleur accès aux prêts à l’habitation dans les réserves et, le cas échéant, sur des terres visées par un règlement. Le Fonds a commencé ses activités en mai 2008.

Le gouvernement fédéral a donné le coup d’envoi au Fonds grâce à un investissement ponctuel de 300 millions de dollars. Cet investissement pourra atteindre 3 milliards de dollars qui seront consacrés aux logements dans les réserves et sur les terres visées par un règlement à l’échelle du Canada.

Les Premières Nations sont entièrement libres de faire appel au Fonds pour les logements du marché. Le Fonds tient compte des différences qui existent entre les communautés des Premières Nations et travaille avec elles pour établir leur calendrier en vue de leur offrir le choix et la souplesse dont elles ont besoin pour remédier aux problèmes de logement qui leur sont propres.

Le Fonds aide les communautés des Premières Nations en :

  • offrant un filet de sûreté de 10 % pour les prêts à l’habitation garantis par la Première Nation;
  • servant de levier financier pour négocier avec les prêteurs dans le but d’obtenir des taux d’intérêt plus bas, des droits d’accès réduits aux programmes, un partage des risques et des ententes administratives;
  • renforçant les communautés des Premières Nations et en appuyant l’idée d’autonomie en offrant de nouveaux outils de littératie financière et de gestion financière, en encourageant la saine gouvernance et la transparence financière ainsi que le développement du potentiel par l’éducation, l’information et des services novateurs.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site Web du Fonds, au www.fnmhf.ca

Personnes-ressources pour les médias :

Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations
Deborah Taylor
Directrice exécutive
613-740-9931

Bande indienne de Penticton
Tabitha Eneas
Administrateur de logement
250-493-0048

Première Nation des Cris de Waswanipi
Allan L. Cooper
Agente des communications
819-753-2587

Ojibway de Pic River
Garland Moses
Capital / gestionnaire des logements
807-229-1749 Ext. 240
Cellulaire : 807-228-1126

Première Nation de Curve Lake
Brian Hamilton
directeur général
705-657-8045

Première Nation de Flying Dust
Albert Derocher
Directeur du logement et du développement économique
306-236-4437

Mohawks de la baie de Quinte
Dan Brant
Chef de l'administration
613-396-3424

Bande indienne d’Adams Lake
Maryann Yarama
Travaux publics, du logement et le gestionnaire de la capitale
250-679-8841

Première Nation de Lac Seul
Grace Strang
Finances contrôleur
807-582-3503

Première Nation de Carcross/Tagish
Nelson Lepine
Directeur de l'Infrastructure et des Finances
867-821-4265

Première Nation de Temagami
Holly Charyna
Directrice exécutive
705-237-8944

Documents d’information 

Un aperçu des plus récents partenaires du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations

Bande indienne de Penticton

La Bande indienne de Penticton (BIP) est la première des Premières Nations à passer du programme de développement du potentiel au programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds. La BIP est installée sur un magnifique replat du sud-ouest de la vallée de l’Okanagan. Les collines onduleuses contribuent à la beauté du paysage et présentent de nombreux replats aménageables. De plus, la collectivité est située près de la route 97 et de la ville de Penticton, ce qui accroît la valeur du terrain.

Les membres de la BIP sont des Okanagan, aussi appelés « ceux qui parlent Syilx ». Selon leur propre histoire, ils sont les premiers êtres humains à habiter ce territoire. Les Okanagan (Syilx) occupaient une région qui s’étendait sur environ 69 000 km2. Au nord, ce territoire allait jusqu’à la région de Mica Creek, tout juste au nord de ce qui est aujourd’hui Revelstoke, en Colombie-Britannique, et à l’est, jusqu’au lac Kootenay. Au sud, il s’étendait jusqu’aux environs de Wilbur, Washington, et à l’ouest, jusqu’à la vallée de la Nicola.

Depuis 2010, grâce au soutien du Fonds, la BIP a entrepris de nombreuses initiatives visant à améliorer son potentiel et à devenir admissible au programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds. Ces initiatives comprenaient, entre autres, la formation des gestionnaires, la planification de la relève, la formation et le perfectionnement du personnel, un manuel d’audit, l’élaboration de politiques (logement, finances et régie), l’engagement communautaire, la planification du logement et un examen organisationnel. Ainsi, la Bande a pu accroître son potentiel et renforcer la confiance dans les travaux à réaliser. La BIP a donc augmenté son obligation redditionnelle et sa transparence, amélioré ses communications et ses relations et, en définitive, accentué le sentiment de confiance dans la communauté.

La BIP compte actuellement 1 011 membres, dont la moitié environ habite dans la réserve, selon les données de 2012. Le chef et le conseil actuels de Penticton encouragent les membres qui habitent hors de la réserve à penser à y revenir. Le plus grand problème est le manque de logements pour répondre à la demande des membres dont les noms figurent sur la liste d’attente. Un nouveau lotissement important est à l’étape de l’avant-projet, et la communauté espère concrétiser ce projet afin d’offrir des lots viabilisés additionnels et de satisfaire à ses besoins.

On compte actuellement 208 logements dans la réserve. Le parc de logements comprend des maisons individuelles, des duplex et quelques maisons en rangée. La BIP utilise le Fonds pour améliorer l’accès à la propriété et offrir des options de rénovation à ses membres.

Mohawks de la baie de Quinte

Les Mohawks de la baie de Quinte forment l’une des communautés de la Confédération iroquoise. Les Iroquois ont une longue tradition en matière de conclusion de traités, remontant jusqu’aux traités de paix et d’amitié avec les gouvernements britannique et néerlandais de la fin du 17e siècle. Les Mohawks de la baie de Quinte habitent près de Belleville, en Ontario. Le territoire mohawk de Tyendinaga est le troisième en superficie parmi les Premières Nations de l’Ontario et la communauté compte 9 417 membres, dont 2 168 habitent dans la réserve.

Leur portefeuille de logements compte 1 100 logements avec 358 hypothèques, 185 logements locatifs et 900 propriétés privées. Entre sept et 14 familles chaque année deviennent admissibles à un financement hypothécaire abordable leur permettant d’accéder à la propriété dans la réserve grâce à un fonds de crédit renouvelable qui, depuis sa création, a versé environ 100 millions de dollars en prêts hypothécaires. Les logements locatifs novateurs du programme montrent l’exemple en matière d’efficacité énergétique aux propriétaires-occupants de la réserve et constituent un modèle pour la construction de logements durables et abordables pour les Premières Nations partout au Canada.

Les Mohawks de la baie de Quinte, en partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, a l’intention d’étendre ses options de logement aux membres qui ont besoin d’aide pour construire, acheter, rénover ou louer une maison sur le territoire des Mohawks.

Première Nation des Cris de Waswanipi

La Première Nation des Cris de Waswanipi (PNCW) est une Première Nation crie autonome en vertu de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) de 1975. Elle habite la région centrale du Québec, à environ 275 km au nord de Val-d'Or et 154 km à l’ouest de Chibougamau, sur les rives des rivières Waswanipi et Chibougamau. Le nom Waswanipi signifie « lumière sur l’eau ».

La communauté actuelle de Waswanipi a été officiellement établie en vertu de la CBJNQ de 1975. Les premières maisons y ont été construites en 1976. De nos jours, Waswanipi est une communauté florissante en développement, qui compte environ 1 450 personnes habitant 350 logements. Elle a une vision claire de la durabilité et de la prospérité dans un environnement mondial et s’est engagée à demeurer une communauté forte et saine qui préserve le mode de vie des Cris.

Waswanipi est régie par la Loi sur les Cris et les Naskapis du Québec qui détermine les pouvoirs, les attributions et la structure des gouvernements locaux, y compris le système de régime des terres que la Première Nation utilise. En vertu de cette loi, le gouvernement de la Première Nation adopte et fait respecter des lois et des politiques au nom de la communauté, les règlements et les politiques étant examinés et approuvés par l’Assemblée générale. Un conseil de gestion composé des administrateurs des divers services est chargé des activités quotidiennes du gouvernement.

La Première Nation des Cris de Waswanipi, en partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, a l'intention d'offrir le plus d’options de logement du marché possible, ce qui comprend l’achat de maisons existantes sur le territoire de la réserve de la PNCW, la construction de nouvelles maisons, la rénovation des maisons existantes et des options de refinancement. Elle désire également offrir des logements locatifs fournis par une entreprise appartenant à la PNCW.

Adams Lake

Sexqeltqin, également connue sous le nom de Bande indienne d’Adams Lake (BIAL), est une des 17 bandes reconnues sur le territoire Secwepemc. Elle est membre du conseil tribal de la Nation Shuswap. La BIAL compte plus de 700 membres, dont plus de la moitié habite sur les terres des réserves. Hustalen, Sahhaltkum, Squaam, Stequmwhulpa, Switsemalph, Switsemalph et Toops sont les sept réserves qui constituent la BIAL. Elles s’étendent du village de Chase au district de Salmon Arm, en Colombie-Britannique. Combinées, ces sept réserves procurent à la BIAL une superficie d’environ 7 271 acres.

La BIAL fournit à ses résidants les services d'eau, d'égout sanitaire et d'électricité, et la Bande emploie un certain nombre de compagnons et de préposés à l’entretien des systèmes d’eau. Elle gère également un service de pompiers volontaires dans la réserve de Sahhaltkum, qui offre les services de protection contre les incendies sur place et aux communautés environnantes.

Un comité du logement de la BIAL, formé de sept membres élus de la Bande, est chargé de la gestion et de la supervision de l’attribution et de l’exploitation sécuritaires et efficaces de tous les logements dans les réserves. Le travail de ce comité du logement est régi par les politiques de logement approuvées par la BIAL.

Le service de logement de la BIAL est chargé de la gestion des activités quotidiennes du programme de logement comme l’entretien, la réparation et la location. La BIAL compte environ 130 logements, dont 60 propriétés privées et 9 logements locatifs appartenant à la Bande.

Elle compte utiliser le soutien du Fonds pour fournir à ses membres davantage d’occasions d’accès à la propriété, notamment par des prêts à la rénovation.

Première Nation Ojibway de Pic River

La réserve de Pic River est située au sud de la route 17 sur le lac Supérieur, près de Marathon (Ontario), à peu près à mi-chemin entre Thunder Bay et Sault Ste. Marie. Elle a pour voisins le parc national Pukaskwa et la communauté de Heron Bay.

L’embouchure de la Pic River a été la plaque tournante du commerce et de la colonisation pendant des milliers d’années. Il s’agit d’un emplacement stratégique pour ce qui est du transport maritime dans la région, car il donne accès aux terres septentrionales et permet de rejoindre la baie James en canot.

La Première Nation Ojibway de Pic River a une population communautaire d’environ 525 personnes et compte plus de 1 000 membres au total. Elle est déterminée à créer une réserve autonome en matière d’emploi, d’éducation et de ressources. Elle possède déjà une entreprise forestière florissante, un fournisseur de télévision par câble et une entreprise d’Internet haute vitesse. La communauté compte 167 maisons, certaines étant des propriétés privées, d'autres étant louées ou appartenant à la Bande.

La Première Nation a suivi un plan de logement de dix ans grâce auquel certaines réalisations très importantes ont vu le jour, dont la réduction du surpeuplement et l’élaboration de solutions de construction novatrices pour lesquelles la Bande a reçu un prix d’excellence en habitation. Dans le cadre du processus de renouvellement de ce plan, la Première Nation Ojibway de Pic River est impatiente de mettre en place un programme de logement durable qui comprendra la séparation des activités liées au logement de l’administration de la Première Nation et offrira à ses membres la sécurité que procure l'accès à la propriété.

Première Nation de Lac Seul

La réserve de la Première Nation de Lac Seul est l’une des plus grandes du territoire Anishinaabe du Traité no 3 au nord-ouest de l’Ontario, comptant plus de 3 000 membres et une population communautaire de 830 personnes. Trois collectivités se partagent la réserve : Kejick Bay, Whitefish Bay et Frenchman’s Head. La moitié environ des membres habitent dans la réserve et dans les communautés environnantes.

En 1929, la réserve a été inondée à cause de la construction d’un barrage hydroélectrique. En raison de cette inondation, la région de Kejick Bay est devenue une île, isolée de façon permanente, ce qui a séparé la communauté en deux parties, Whitefish Bay étant sur la partie continentale.

La Première Nation de Lac Seul compte environ 300 logements. Elle exploite avec succès une société de logement, la Ke-Nawind Housing Development Authority, depuis 20 ans. Celle-ci possède sa propre structure de gouvernance et son personnel qualifié, indépendants de l’administration de la Première Nation. La société gère actuellement 96 logements locatifs par l’entremise du programme de la SCHL (article 95) et elle a démontré une très grande efficacité en matière de perception des loyers et de gestion des arriérés.

L'administration de la Première Nation continue à être chargée de la gestion des 189 logements appartenant à la Bande, et elle connaît un bon succès avec ses 24 ententes conclues avec des prêteurs privés pour l’accès à la propriété.

La Première Nation de Lac Seul a consacré beaucoup de temps et d’efforts à élaborer un ensemble complet de politiques en matière de gouvernance, d’administration et de logement. Ses dirigeants s’engagent à utiliser le soutien du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations pour continuer à renforcer son système de gouvernance, mettre en place un système de régime foncier et multiplier les options d’accès à la propriété de ses membres. Elle a établi le besoin d’une variété de projets de logement au cours des cinq prochaines années. La Première Nation de Lac Seul compte utiliser le soutien du Fonds pour construire trois quadruplex dans leurs trois communautés, construire de nouveaux logements locatifs, rénover les maisons existantes et aider certains membres des trois communautés à accéder à la propriété.

Première Nation de Curve Lake

La Première Nation de Curve Lake (PNCL) est une collectivité Ojibway située à 25 km au nord-ouest de Peterborough (Ontario). Sa population diversifiée atteint 2 500 personnes, ce qui comprend les membres et les non-membres habitant sur les terres territoriales. Elle compte un peu plus de 1 900 membres inscrits (1 161 hors de la réserve et 764 dans la réserve).

Le territoire comprend une terre commune de 900 ha : la péninsule continentale, une grande île (Fox Island) et plusieurs petites îles situées le long de la voie navigable Trent - Severn.

Les membres habitent les quelque 500 maisons situées partout sur les terres de la Première Nation, dont certaines sont louées à des non-membres de la Première Nation. Le portefeuille de logements de la PNCL comprend des propriétés privées et des logements locatifs, dont un quadruplex et des maisons-jardins pour les aînés. Elle compte utiliser le soutien du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations pour permettre à plus de membres de la communauté d’obtenir un prêt d'accession à la propriété.

Curve Lake est une Première Nation florissante. C'est une communauté fière, renommée pour son leadership et sa promotion de la culture Anishinabe. Parmi ses membres, mentionnons la précurseure Elsie Knott, première femme à être élue chef au Canada en 1954, le dramaturge Drew Hayden Taylor et des artisans mondialement reconnus comme Norman Knott, Alice Williams et David Johnson. La galerie d’art Whetung, entreprise familiale fondée dans les années 1960, reste une réussite culturelle et une destination touristique importante dans la communauté.

Première Nation de Carcross/Tagish

La Première Nation de Carcross/Tagish (PNC/T) est une Première Nation autonome établie à environ 70 km au sud-est de Whitehorse (Yukon), le long de la route Klondike. Sa citoyenneté est en partie celle du peuple des Tlingits de la côte de l’Alaska et celle des Tagish, de l’intérieur des terres. Elle applique le système du clan Tlingit, qui consiste en deux groupes, celui du Loup (clans du loup et de l’orque) et celui de la Corneille (clans du castor, du corbeau, de la corneille et de la grenouille).

Chaque clan joue un rôle important dans la gouvernance de la Première Nation, des membres étant nommés par chacun d’eux pour siéger au Conseil exécutif, le corps législatif de la communauté. La PNC/T a rédigé sa propre Constitution et ses politiques de gouvernance et a rejeté le système de conseils de bande prévu par la Loi sur les Indiens. Un conseil de gestion composé des administrateurs des divers services est chargé des activités quotidiennes du gouvernement.

L’accord définitif de 2006 a assuré que la PNC/T était propriétaire de plus de 1 561 km2 de terres, en plus de jouir des droits de surface et des droits d’exploitation du sous-sol sur 1 096 km2. Environ 80 % des membres de la PNC/T qui vivent sur le territoire traditionnel possèdent des maisons sur des terres visées par un règlement. En partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations, la Première Nation de Carcross/Tagish a l'intention d'offrir le plus d'options de logement du marché possible, en permettant notamment à ses citoyens de rénover les maisons qu’ils possèdent. Elle cherche également à mettre en place un programme de location avec option d'achat et réfléchit à la possibilité de signer des baux de location avec des non-membres de la PNC/T sur des terres visées par un règlement, avec certaines restrictions.

Première Nation de Flying Dust

La Première Nation de Flying Dust est établie à quelque 300 km au nord-ouest de Saskatoon. On y accède par l’autoroute 55, une voie d’accès importante pour les communautés du nord de la Saskatchewan. Son territoire consiste en sept parcelles de terre totalisant plus de 20 000 acres, au cœur d’une des terres agricoles des plus fertiles des Prairies.

La plupart des maisons et des bureaux administratifs sont situés sur le territoire de la Première Nation, près de la ville de Meadow Lake. Flying Dust compte 1 150 membres, 690 d’entre eux habitant dans la communauté.

En juin 2013, ses citoyens se sont prononcés majoritairement en faveur d’une entente qui permettrait à la Première Nation d’exercer sa propre compétence législative quant aux terres de la réserve, aux ressources et à l'environnement, en vertu de la Loi sur la gestion des terres des premières nations. Flying Dust aura le pouvoir de créer son propre système d’attribution de terres dans la réserve aux citoyens de la Première Nation et de négocier les droits ou les intérêts immobiliers.

Dans le cadre de son plan communautaire complet, Flying Dust met sur pied une coentreprise de lotissement commercial à l’intérieur des limites de la ville de Meadow Lake, grâce aux droits fonciers issus de traités. Son programme de logement vise à encourager l’accès à la propriété de ses citoyens en vendant ou en transférant des logements et des biens locatifs appartenant à la bande, à l’aide du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières Nations.

Première Nation de Temagami

La Première Nation de Temagami est établie sur Bear Island, au milieu du lac Temagami. Elle possède une très petite assise territoriale de trois kilomètres carrés dans le nord de l’Ontario, à environ une heure et demie de route au nord de North Bay. Cette terre est accessible par bateau et par le traversier de la Bande en été, et par une route de glace en hiver, si les conditions météorologiques le permettent. La Première Nation emploie 60 personnes et exploite quelques petites entreprises sur Bear Island (entrepreneurs en construction, hébergement et marina/magasin). Bear Island compte 257 résidents permanents, sur un total de 737 membres.

Le parc de logements de Temagami comprend des logements locatifs appartenant à la Bande, des maisons louées avec option d’achat et des propriétés privées. Parmi les 75 logements de la communauté, 47 sont des propriétés privées. La Première Nation de Temagami compte utiliser le programme d’amélioration des modalités de crédit du Fonds pour encourager l’accès à la propriété et fournir des prêts pour la rénovation aux personnes dont l'habitation nécessite des réparations ou des améliorations.

Même si la principale industrie de la région demeure le tourisme, la Première Nation joue un rôle actif en employant des membres locaux de la Bande dans la ville de Temagami et d'autres régions (Haileybury et New Liskeard). Elle a mené à bien des négociations dans le cadre d’une Entente sur les répercussions et les avantages liée à l’exploitation d’une mine d’or dans la partie nord du lac Temagami, ce qui générera des revenus annuels et offrira possiblement des emplois à certains de ses membres.