Davantage de logements pour plusieurs collectivités des Premières nations

OTTAWA (Ontario), le 21 décembre 2011 – John Beaucage, président du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations (FLMPN), a annoncé aujourd’hui que les citoyens de la Première nation St. Mary’s, en Colombie-Britannique, des Premières nations Champagne et Aishihik, au Yukon, et de la Première nation Mississauga, en Ontario, pourront bénéficier de nouvelles options de financement de l’habitation. Les trois Premières nations ont conclu des ententes avec le FLMPN et ont été approuvées en vue de participer au Programme d’amélioration des modalités de crédit du FLMPN. M. Beaucage a également annoncé que Valley First, une division de la First West Credit Union, a été autorisée à accorder des prêts aux Premières nations de la région de la Colombie-Britannique desservie par Valley First.

« C’est formidable de voir le nombre de Premières nations qui se tournent vers les options de logement offertes par le FLMPN, a déclaré M. Beaucage. C’est une excellente nouvelle pour les membres de ces Premières nations qui sont déterminées à créer des occasions pour leurs citoyens ainsi qu’à renforcer leurs communautés avec l’appui du FLMPN. Notre objectif est de s’assurer que chacune de ces Premières nations possède les outils nécessaires pour mettre en œuvre et soutenir des programmes de logements du marché bien adaptés à la collectivité. »

Ces Premières nations profiteront du soutien du FLMPN pour aider leurs membres à acheter ou construire des logements sur leurs terres collectives. Elles vont également offrir à leurs membres la chance de rénover leurs maisons en leur donnant accès à des prêts à l’habitation à taux concurrentiels. M. Beaucage a souligné l’énoncé de vision du FLMPN, à savoir que chaque famille des Premières nations a la possibilité d’avoir un logement sur sa propre terre, au sein d’une collectivité forte.

« La Première nation St. Mary’s est heureuse de voir que le gouvernement du Canada prend l’initiative de faire du logement une priorité dans les collectivités des Premières nations, a fait savoir la chef Cheryl Casimer de la Première nation St. Mary’s. Avec l’aide du Fonds pour les logements du marché, on peut apporter les améliorations qui s’imposent aux logements existants et construire les habitations dont nous avons désespérément besoin. La Première nation St. Mary’s reconnaît aussi que cette initiative représente une possibilité de travailler en partenariat avec le Canada afin que l’article 21 de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones devienne une réalité. »

M. Beaucage a aussi mentionné que les Premières nations Champagne et Aishihik sont les premières communautés du Yukon à signer une entente avec le FLMPN. « Il s’agit d’une étape importante visant à renforcer l’autonomie des citoyens et des collectivités pour les Premières nations Champagne et Aishihik, a affirmé le chef James Allen. Avec l’appui du FLMPN, ces Premières nations peuvent réaliser leur plan stratégique à long terme visant à faciliter au citoyen l’accès à la propriété sur nos terres visées par un règlement. »

« La Première nation Mississauga se réjouit de cette nouvelle occasion qui lui est donnée de conclure une entente avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations, qui constitue un outil important en vue de parvenir à notre objectif d’aider nos gens à devenir davantage autonomes, a déclaré le chef Reg Niganobe. Étant l’une de nos principales priorités, cette initiative permettra à notre administration de mettre à profit les réussites antérieures concernant l'exploitation des terres et des ressources de la Première nation Mississauga. »

M. Beaucage a ajouté que l’annonce d’un nouveau prêteur en Colombie-Britannique est une autre belle preuve des progrès accomplis pour les Premières nations de cette région. « C’est depuis longtemps une tradition pour Valley First de soutenir et de renforcer les collectivités qu’elle dessert, a affirmé Paulo Araujo, directeur principal, Crédit pour la vente au détail, chez Valley First. Notre partenariat avec le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations constitue un nouveau pas vers le renforcement de la région de Kamloops, plus particulièrement en contribuant à faire du logement de qualité une réalité pour la Bande indienne de Kamloops. »

Le FLMPN est une initiative novatrice mise sur pied par le gouvernement du Canada, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans le but d’offrir aux membres des Premières nations un meilleur accès aux prêts à l’habitation dans les réserves et, le cas échéant, sur des terres visées par un règlement. Doté d’un capital de 300 millions de dollars, le FLMPN a commencé ses activités en mai 2008.

Jusqu’à maintenant, plus de 50 collectivités ont choisi de conclure une entente avec le FLMPN. Celui-ci découle d’une initiative innovatrice lancée par le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire de la SCHL, dans le but d’aider les membres des Premières nations à accéder au financement de l’habitation et à bâtir des collectivités plus solides au moyen de fonds affectés au développement du potentiel. Plus de 125 millions de dollars en prêts à l’habitation ont été planifiés pour financer les projets dans 20 collectivités approuvées à ce jour en regard du Programme d’amélioration des modalités de crédit du FLMPN.

Outre Valley First, le FLMPN a fait appel à plusieurs institutions financières pour consentir des prêts aux Premières nations, notamment BMO Banque de Montréal, Peace Hills Trust, Desjardins, Vancouver City Savings Credit Union, Envision Financial et Affinity Credit Union.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site Web du FLMPN, au www.fnmhf.ca.

Personnes-ressources pour les médias :

Deborah Taylor
Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations
613-740-9931

Michelle Shortridge
Première nation St. Mary’s
250-426-5717

Terry Rufiange-Holway
Premières nations Champagne et Aishihik
867-634-4219

James Cada
Première nation Mississauga
705-356-1621

Documents d’information 

Bande indienne St. Mary

La bande indienne St. Mary, ou Aq’am, est une collectivité membre de la nation Ktunaxa. Répartie sur quatre réserves totalisant 18 420 acres (7 461 hectares), elle est la plus vaste et la plus populeuse des nations Ktunaxa. La bande indienne St. Mary est située à 5 kilomètres de la ville de Cranbrook, dans la région East Kootenay, en Colombie-Britannique.

Les membres de la bande travaillent dans des domaines comme l’administration locale, les services d’accueil, la construction, le transport, le tourisme, l’exploitation forestière et diverses autres activités de nature entrepreneuriale. Le conseil de bande est constitué d’un chef et de quatre conseillers, tous élus selon les règles électorales de la bande. L’administration de la bande indienne St. Mary met en œuvre une gamme diversifiée de programmes et de services, comme l’école primaire Aqamnik, la garderie Aqamnik, le service de garde et le camp de jour Aqamnik, des services d’éducation communautaire, des services de santé communautaires, des services de développement économique, des services de logement et des fonctions administratives, tous centralisés dans l'immeuble administratif de la bande.

Le plan d’investissement dans les infrastructures de la collectivité prévoit la construction de logements et le développement de 77 lots viabilisés. Le service du logement cherche à construire des logements éconergétiques et sains pour l’environnement qui seraient offerts à tous les membres de la bande. Le FLMPN aidera la bande indienne St. Mary à réaliser son objectif de création de logements en appuyant le développement du potentiel en matière de régie, de gestion financière et d’engagement communautaire. Le FLMPN offrira également à la bande l’occasion d’obtenir un financement pour la construction dans la réserve. Pour les Premières nations comme celle de St. Mary, l’un des obstacles au financement de la construction résidentielle est la limite imposée au droit de saisie des propriétés dans les réserves par la Loi sur les Indiens, ce qui fait échec au crédit hypothécaire. Avec le soutien du FLMPN, il sera plus facile pour les membres de la bande d’obtenir un prêt à l’habitation afin d’acheter, de rénover ou de construire un logement dans la réserve.

Par leurs traditions, leurs coutumes, leur langue et leurs croyances, les ancêtres des Ktunaxa continuent à guider le peuple. Un nouveau cadre de responsabilisation et une planification stratégique à long terme contribueront également à assurer l’avenir de leurs enfants.

Premières nations de Champagne et d’Aishihik

Les Premières nations de Champagne et d’Aishihik sont situées dans le Sud-Ouest du Yukon et le Nord de la Colombie-Britannique. Le droit constitutionnel de ces Premières nations (PN) autonomes à régir leurs terres, leur peuple et leurs ressources a été confirmé par la signature de l’entente définitive entre les PN de Champagne et d’Aishihik et les gouvernements du Canada et du Yukon en 1993.

Parmi les quatorze Premières nations du Yukon, celles de Champagne et d’Aishihik sont l’une des plus peuplées, recenssant au moins 1 100 habitants. Leur territoire traditionnel couvre quelque 41 000 kilomètres carrés, dont 29 000 au Yukon et 12 000 en Colombie-Britannique.

Le territoire des PN de Champagne et d’Aishihik se trouve dans une région d’une grande beauté naturelle et d’une richesse biologique exceptionnelle. Elle est formée de sommets escarpés, de glaciers en crue, de rivières impétueuses, de plateaux de toundra vallonnés et de vallées de rivières boisées. Une bonne partie du parc national et de la réserve de parc national du Canada Kluane (au Yukon) ainsi que l’ensemble du parc Tatshenshini-Alsek (en Colombie-Britannique) se trouvent sur leur territoire traditionnel.

Les PN de Champagne et d’Aishihik doivent leur nom à deux établissements anciens : Champagne, sur les berges de la rivière Dezadeash, et Aishihik, dans le bassin versant de la rivière Alsek. Autrefois, la population des Tutchone du Sud était répartie dans la région, dans des villages saisonniers comme Kloo Lake, Klukshu, Canyon, Shäwshe et Hutshi. Aujourd’hui, les PN de Champagne et d’Aishihik ont des communautés permanentes à Haines Junction, Canyon, Aishihik, Klukshu et Takhini River, et fournissent des logements à 118 familles environ.

Le bureau administratif principal des PN de Champagne et d’Aishihik est situé à Haines Junction, et un autre bureau débordant d’activités se trouve dans la capitale territoriale de Whitehorse.

Le gouvernement des PN de Champagne et d’Aishihik s’applique à renforcer et développer la langue tutchone du Sud et la culture traditionnelles, et à soutenir ses citoyens dans l’amélioration de leur qualité de vie.

Ce gouvernement autonome progressif a effectivement l’intention d’améliorer les conditions de vie de ses communautés en leur donnant la fierté qui leur est due. Pour ce faire, il travaille en collaboration avec le Fonds pour les logements du marché destiné aux Premières nations, afin d’accroître l’accession à la propriété et de rénover les logements existants.

Énoncé de vision des PN de Champagne et d’Aishihik :

Nous, le peuple et le gouvernement des Premières nations de Champagne et d’Aishihik, nous engageons à promouvoir les conditions nécessaires à l’épanouissement d’un peuple autonome, uni et en bonne santé, tout en conservant et en développant notre culture et notre environnement.

Première nation Mississauga

La Première nation (PN) Mississauga, également connue sous le nom de « réserve nº 8 », est établie le long de la route provinciale 17, à 348 km à l’ouest de la ville de Sudbury et 278 km à l’est de Sault Ste. Marie. En fait, elle est adjacente à la ville de Blind River, sur la Rive-Nord du lac Huron.

La PN Mississauga compte 97 employés à temps partiel et à temps plein dans ses services, qui desservent une population de 1 120 habitants, dont 450 résident à l’intérieur de la réserve. Le principal centre de services est à Blind River. On y trouve les services gouvernementaux, scolaires, hospitaliers, récréatifs et touristiques, ainsi que les entreprises industrielles régionales, telles que la société d’affinage d’uranium CAMECO.

La PN Mississauga fait la promotion du développement économique et commercial auprès de ses membres, en vertu d’un protocole d’entente avec la corporation de développement de Misswezahging. Ainsi, la PN possède Chiblow Lake Lodge (un établissement touristique ouvert toute l’année), 35 propriétés privées, un centre sportif et culturel tout neuf et un ensemble de logements pour aînés. Certains membres de la bande sont également propriétaires-gérants de commerces privés.

La PN Mississauga, le Mississagi Trust et la corporation de développement Misswezahging travaillent ensemble à la pérennité de leurs terres pour qu’on en fasse bon emploi dans l’avenir. Ils combinent leurs efforts en vue d’atteindre un objectif commun, soit de promouvoir les meilleures conditions de vie possibles dans la communauté.

Dans la communauté, on dénombre 163 logements, dont la plupart sont soit la propriété de la bande, soit en location avec option d’achat, soit des immeubles locatifs de la SCHL. La liste d’attente compte 125 logements. La PN Mississauga mise sur les perspectives favorables de la croissance économique et sur l’obtention éventuelle de terrains supplémentaires. Elle croit que le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations lui permettra amplement d’offrir à ses membres la possibilité de construire ou d’acheter des logements à la fois abordables, écoénergétiques et écologiques, ou de rénover, selon ces mêmes critères, les habitations existantes.

Valley First Credit Union

Valley First est une division de First West Credit Union, la troisième coopérative de crédit en importance de la Colombie-Britannique, qui compte 37 succursales et 29 bureaux d’assurance situés un peu partout dans les régions du Lower Mainland, de la vallée du Fraser, de Kitimat et de Thompson-Okanagan-Similkameen. Détenant des actifs sous gestion de quelque 6,2 milliards de dollars, First West compte 167 000 membres-propriétaires et 1 300 employés.

Depuis sa création en 1947, Valley First s’efforce de tisser des relations durables avec ses membres-propriétaires et ses clients des communautés, contribuant ainsi à leur force et à leur viabilité financières.