D’autres Premières nations en Ontario s’entendent avec le FLMPN

MONCTON (N-B), le 13 juillet 2011 – John Beaucage, président du conseil d’administration du Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations (le « FLMPN ») a annoncé aujourd’hui que les Premières nations Atikameksheng Anishnawbek, Hiawatha, Whitefish River et M'Chigeeng ont conclu des ententes avec le FLMPN et ont été approuvées en vue de participer au Programme d’amélioration des modalités de crédit du FLMPN. Avec l’appui du FLMPN, chacune de ces quatre Premières nations aura la possibilité d’attirer des prêteurs du secteur privé et de négocier des modalités favorables pour les prêts à l’habitation consentis aux citoyens habitant dans sa réserve.

« C’est une excellente nouvelle pour les citoyens de ces Premières nations de l’Ontario, a déclaré M. Beaucage. Ces collectivités visent à créer des occasions pour leurs citoyens ainsi qu’à renforcer leurs conditions de vie avec l’appui du FLMPN. Notre objectif est de s’assurer que chacune de ces Premières nations possède les outils nécessaires pour mettre en œuvre et soutenir des programmes de logements du marché bien adaptés à la collectivité. »

« Le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations est un autre exemple de l’engagement du gouvernement du Canada à répondre aux besoins des collectivités des Premières nations puisque cette initiative augmente les logements du marché dans les réserves en facilitant l’accès à la propriété et le financement de prêts pour logements locatifs et la rénovation dans les collectivités des Premières nations », a déclaré l’honorable John Duncan, ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien.

Les quatre Premières nations profiteront du soutien du FLMPN pour aider leurs citoyens à acheter ou construire des logements dans la réserve. Elles offriront aussi à leurs citoyens la possibilité de rénover leurs logements en contractant des emprunts pour des propriétés situées sur les terres collectives. M. Beaucage a souligné l’énoncé de vision du FLMPN, à savoir que chaque famille autochtone a la possibilité d’avoir un logement sur sa propre terre, au sein d’une collectivité forte.

« Le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations offre une nouvelle voie pour réagir à la pénurie de logements, a déclaré le chef Sandra Moore de la première nation Hiawatha. C’est une option de plus pour nos membres qui veulent acheter, construire ou rénover un logement. C’est plus qu’un programme, c’est aussi un moyen d’accroître notre parc de logements et de renforcer notre collectivité. »

« Nous sommes ravis de voir nos citoyens et notre collectivité aller de l’avant pour favoriser la santé et l’harmonie des familles », a déclaré le chef Shining Turtle de la Première nation Whitefish River.

« Le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations nous procure une opportunité d’investir dans notre avenir et crée un sentiment d’appartenance et de fierté au sein de notre communauté », a ajouté le chef Steven Miller de la première nation Atikameksheng Anishnawbek.

« Le Fonds pour les logements du marché destinés aux Premières nations est une façon novatrice de financer les besoins en logement de nos membres. La possibilité d'acheter et d'être propriétaire de son propre logement procure un sentiment de fierté, ce qui est très positif », de dire le chef Joe Hare de la première nation M'Chigeeng.

Le FLMPN est une initiative novatrice mise sur pied par le gouvernement du Canada, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), dans le but d’offrir aux membres des Premières nations un meilleur accès aux prêts à l’habitation dans les réserves et, le cas échéant, sur des terres visées par un règlement. Doté d’un capital de 300 millions de dollars, le FLMPN a commencé ses activités en mai 2008.

Le FLMPN est ravi de collaborer avec d’autres Premières nations qui ont déjà été approuvées pour des améliorations des modalités de crédit à Terre-Neuve, en Nouvelle-Écosse, en Saskatchewan, en Ontario et en Colombie-Britannique.

Jusqu’à maintenant, près de 50 collectivités ont collaboré avec le FLMPN, une société de fiducie sans but lucratif qui travaille avec les Premières nations partout au Canada pour faciliter l’accès au financement de l’habitation et développer les collectivités au moyen du financement du développement du potentiel.

Le FLMPN a recruté plusieurs institutions financières pour consentir des prêts à ces Premières nations avec son soutien, notamment la Banque de Montréal, Peace Hills Trust, Desjardins, Vancouver City Savings Credit Union, Envision Financial et Affinity Credit Union.

Pour en savoir davantage, veuillez visiter le site Web du FLMPN au www.fnmhf.ca.

Personnes-ressources pour les médias :

Deborah Taylor
FLMPN
613-740-9931

Michelle Yao
Directrice des communications
Cabinet de l'honorable John Duncan
819-997-0002

Atikameksheng Anishnawbek
Chef Steve Miller
705-692-3651 poste 201

Première nation Hiawatha
Chef Sandra Moore
705-868-7505

Première nation Whitefish River
Chef Shining Turtle, Franklin Paibomsai
705-968-0409

Première nation M'Chigeeng
Chef Joe Hare
705-377-5362

Document d’information

Atikameksheng Anishnawbek

La collectivité Atikameksheng Anishnawbek, auparavant la Première nation Whitefish Lake, se trouve à 20 kilomètres à l’ouest du Grand Sudbury. Au nom de ses membres, le chef Shawenekezhik a signé le traité Robinson-Huron de 1850. La collectivité était un lieu de rencontre ancestral pour les chasseurs et les trappeurs qui venaient au poste de la Compagnie de la baie d’Hudson établi à cet endroit pour échanger de précieuses denrées. Le bâtiment original du poste se trouve sur un terrain adjacent à la collectivité. Une plaque y commémore le rôle important qu’il a joué pour les résidents de l’époque et pour les colons qui se sont installés dans la région.

La collectivité Atikameksheng Anishnawbek compte 1 018 membres inscrits, dont 350 vivent dans la réserve. Son territoire actuel, d’une superficie de 43 747 acres et composé surtout de forêts de feuillus et de conifères, est entouré de 8 lacs et 18 lacs se trouvent à l’intérieur des limites de la réserve. Celle-ci est bordée au sud-ouest par le lac Panache, un endroit de villégiature bien connu dans la région de Sudbury. Sur le lac Panache, la Première nation loue 97 chalets accessibles par route et pourvus de l’électricité et du téléphone. En 2008, la collectivité a ratifié et approuvé son propre code foncier en vertu de la Loi sur la gestion des terres des Premières nations (la « LGTPN »). Elle réalise actuellement le processus en 34 étapes en vue d’appliquer entièrement ce code.

La collectivité Atikameksheng Anishnawbek a affiché un impressionnant dossier de développement résidentiel au cours des 20 dernières années, alors que ses membres ont atteint un taux de propriété privée de plus de 60 %. La Première nation administre également 44 logements locatifs, dont un ensemble d’habitation pour personnes âgées autonomes de 8 logements.

En décembre 2010, on a annoncé que la collectivité entreprendrait le premier projet-pilote pour la construction de logements durables en partenariat avec l’Assemblée des Premières nations et le Holmes Group, de la populaire émission de télévision canadienne Holmes on Homes. Le projet se veut un modèle de partage d’expérience avec d’autres Premières nations en vue d’offrir une formation sur les techniques d’énergie verte. Avec le soutien du FLMPN, l’accès facilité au crédit à l’habitation pour rénover et construire des logements et l’usage de techniques d’énergie verte amélioreront la qualité et la rentabilité des futurs aménagements résidentiels.

Première nation Hiawatha

La Première nation Hiawatha se situe dans le comté d’Otonabee-South Monaghan, à environ 30 kilomètres au sud de Peterborough (Ontario) et se trouve sur la rive nord du lac Rice, à l’est de la rivière Otonabee. La collectivité occupe un territoire de 1 952 acres.

La Première nation Hiawatha est une collectivité florissante pour laquelle le tourisme est la pierre angulaire du développement économique. Sa population tire une grande fierté de la conservation de la beauté naturelle de la région et de l’accueil chaleureux qu’elle réserve à ses visiteurs annuels. La collectivité exploite avec succès un poste d’essence, le restaurant The Old Railroad Stop, le terrain de camping Hiawatha Tent & Trailer Park et le parc Serpent Mounds.

La Première nation Hiawatha est responsable du parc Serpent Mounds, site historique national. Le parc Serpent Mounds, lieu de sépulture des anciennes tribus de Point Peninsula, se trouve sur une haute terre près du lac Rice, à l’est de la collectivité. Neuf monticules funéraires, dont les origines remontent à 2 000 ans, marquent le lieu de repos de ces anciens habitants.

La collectivité entend profiter du soutien du FLMPN, qui offre une solution de rechange à son fonds de crédit renouvelable pour le logement, afin de répondre à la demande pour l’achat, la rénovation ou la construction de logements et d’augmenter ainsi les options de financement de l’habitation qui s’offrent à ses membres.

Première nation Whitefish River

La Première nation Whitefish River est une collectivité fière, progressive et en croissance rapide comptant 1 200 membres d’origine ojibwa, y compris environ 440 personnes vivant dans le village de Birch Island. La collectivité se trouve près des rives panoramiques de la baie Georgienne et du North Shore Channel, gardiens de l’île Manitoulin en Ontario.

La Première nation Whitefish River est affiliée aux United Chiefs ainsi qu’au Council of Mnidoo Mnising et membre de la famille des Premières nations dans la région incluant The Great Spirit Circle Trail, aussi connue sous le nom de Anishinabek, des peuples d’origine ojibwa, odawa et potawatomi.

Pour les Anishinabek qui habitaient dans la réserve de la Première nation Whitefish River, le secteur de Dreamer’s Rock, un rocher élevé de quartzite à l’intérieur de la réserve, constituait le site idéal pour un jeûne solitaire. Les jeunes Autochtones du secteur environnant se rendaient au sommet où ils jeûnaient et, dans leurs rêves, recevaient les pouvoirs d’un « gardien de l’esprit ». Le gardien les conseillait également sur leur vocation. Le rêveur interprétait ses rêves avec l’aide des Anciens et du guérisseur.

La superficie des terres de la Première nation Whitefish River est d’environ 5 600 hectares. Les espèces sauvages locales sont abondantes et incluent l’orignal, le lapin, le castor, le rat musqué, le vison, le lynx roux et le lynx ainsi que beaucoup de poissons comme le grand brochet, la truite grise, le corégone, le doré jaune et l’achigan qui vivent dans les nombreux lacs, rivières et ruisseaux de la réserve. La forêt est peuplée de nombreuses espèces comme le bouleau, le peuplier, le pin gris et le cèdre à l’échelle du territoire.

Première nation M'Chigeeng

La réserve de la Première nation M'Chigeeng est située sur les rives du North Channel du Lac Huron près de l’île Manitoulin, à l’ouest de Little Current en Ontario. La Première nation est membre de la nation Anishnawbek, qui fait partie de l’Union of Ontario Indians, et des United Chiefs and Councils of Manitoulin (l’« UCCM »). La superficie de la réserve est de 3 095 hectares et la Première nation compte 2 300 membres, dont 900 habitent dans les quelque 418 logements existants dans la réserve.

La collectivité a comme vision d’être « une Première nation de langue ojibway, vibrante, progressive et fière, dont le peuple est en santé, autonome, respectueux de ses obligations envers la Terre, sensible à sa culture de même que respectueux et cordial envers tous les peuples ». En faisant fond sur cette vision, la collectivité M’Chigeeng est devenue un centre florissant de services communautaires pour de nombreuses autres Premières nations de la région. Les services offerts incluent Mnidoo Mnising Employment & Training, Kina Gbezhgomi Child & Family Services, Mnaamodzowin Health Services, Noojmowin Teg Health Centre, UCCM Tribal Police et Kenjgewin Teg Educational Institute.

La direction, l’administration et la collectivité ont entrepris de mettre en œuvre un plan de transition qui porte le nom de M’Chigeeng Maadziwin. Un certain nombre d’initiatives sont en cours d’élaboration dans six secteurs clés : formation et apprentissage, tourisme et accueil, environnement et économie verte, santé, infrastructure et régie. Un événement notable en matière de développement d’énergie renouvelable est la phase de construction du Mother Earth Renewable Energy Wind Project (le « M.E.R.E. »). M.E.R.E. General Partner Inc., qui appartient en totalité à la Première nation, gérera et exploitera un projet de turbine éolienne aux termes d’une entente de 20 ans avec Ontario Power Authority. Cet investissement de 10 millions de dollars suscitera un boom économique dans la région et contribuera à la création de 100 emplois pour la phase de construction. La collectivité a suivi les étapes nécessaires à l’établissement d’une économie verte, notamment en installant des panneaux solaires sur les toits du centre communautaire, de l’école Lakeview et des bureaux administratifs de la bande.

La Première nation M’Chigeeng a pris l’engagement d’offrir à ses membres d’autres sources de financement de l’habitation pour la construction de logements. Environ 60 % des logements existants ont été construits avant 1991, ce qui favorisera la croissance de la demande de prêts à la rénovation, avec le soutien du FLMPN.